Bien souvent nos proches vieillissants se retrouvent seuls. Maladie, handicap ...

Ils nous renvoient à ce que nous allons devenir et cela nous effraie.

Nous perdons patience, montrons de l'agressivité.

La peur nous anime, la dépendance de nos ainés nous chagrine.

J'ai rendu visite à ma marraine de coeur qui a 70 ans vient d'intégrer un béguignage.

Ses filles manquent de patience ; de plus elle est atteinte de la maladie de Parkinson.

Ma formation d'aide-soignante est un atout et mon expèrience en hospice m'aident à relativiser.